•  

    Plus petite que la Mésange charbonnière (11,5 cm pour un poids de 9 à 12 g), elle se caractérise par sa calotte, son dos, ses ailes et le dessus de sa queue bleus, ses joues et son front blancs, un bandeau noir sur les yeux, sa poitrine et son ventre jaunes, ce dernier étant parfois marqué d'une très fine ligne noire.

    Les sexes sont presque indiscernables dans la nature, la femelle étant seulement un peu plus terne que le mâle.

    Son envergure est comprise entre 12 et 14 cm.

    Cette espèce est présente dans toute l'Europe à l'exception du nord de la Scandinavie. Elle est sédentaire ou migratrice et occupe presque tous les habitats : bois de feuillus, haies, parcs, jardins... Elle vit jusqu'à 1 200 mètres en montagne.

    Commune, toujours très active et familière, c'est une visiteuse habituelle des mangeoires en hiver. Cette mésange est très acrobate et se suspend volontiers aux boules de suif. Elle aime également s'ébrouer dans les mares peu profondes afin de rafraîchir son plumage. Elle reste toute l'année dans son environnement, elle ne change pas d'endroit comme le ferait une hirondelle, par exemple.

    Elles entrelacent mousses et brindilles de leur logis avec de la lavande de la menthe, des immortelles, et d'une demi-douzaine d'autres herbes odorantes, plantes connues pour contenir des composés phénoliques tels le camphre ou l'eucalyptol, et qui possèdent des qualités antiseptiques, insecticides ou fongicides. Pour repérer ces herbes très spéciales, les mésanges sont donc capables de se servir de leur odorat, ce dont on doutait pour de si petits oiseaux.

    Pour mieux comprendre leur comportement, un ornithologue, Marcel Lambrechts et son équipe du Centre d'écologie fonctionnelle et évolutive de Montpellier se sont installés en Corse, dans une forêt proche de Calvi qui abrite un groupe de Parus caeruleus ogliastrae. Dans la revue Ecology Letters de juillet 2002, il raconte comment, avec ses collègues, il a construit des nichoirs pour ces oiseaux appréciés par les spécialistes car ils sont peu farouches. Une fois les œufs éclos, les expérimentateurs ont prélevé les herbes aromatiques. Dans la moitié des nids, ces plantes ont été purement et simplement supprimées. Dans ce cas, les mères partaient immédiatement à la recherche de ces herbacées manquantes pour les remettre dans le nid de leurs oisillons. Mais pas n'importe lesquelles : sur un total de 200 végétaux qui entouraient les abris, elles n'en sélectionnaient qu'une dizaine. Même s'il fallait, pour les trouver, voler à 200 mètres à la ronde. Dans l'autre moitié des nids, des herbes avaient été enfouies dans de petits sacs ouverts, et cachés sous les nids. Les mésanges se contentaient alors d'en renouveler les herbes, invisibles et inodores, quand elles étaient trop sèches pour exhaler leur odeur. Cette expérience a prouvé que les mésanges savent repérer les odeurs. Jusqu'ici, on pensait que seuls les gros volatiles, comme les pétrels, les pigeons, ou les oiseaux charognards, disposaient de bulbes olfactifs assez développés pour se servir de leur odorat, en plus de la vue ou de l'ouïe. Une aptitude qui prouverait que les capacités des mésanges, et probablement d'autres petits oiseaux, sont beaucoup plus étendues qu'on ne le pensait. L'expérience a aussi mis en évidence le comportement de la mésange pour protéger son nid contre les parasites, à l'aide de plantes utilisées par l'homme dans le même but.

    On dit que la mésange zinzinule ou zinzibule, son cri devient strident à l'approche d'un danger, elle avertit ainsi ses proches ou cherche à intimider ses adversaires, comme la mésange charbonnière.

    lle se nourrit essentiellement d'insectes et de larves en été, de graines, de baies ou de bourgeons le reste de l'année. Puisque les parents ont besoin de nourrir quotidiennement des couvées de plusieurs oisillons, l'éclosion des œufs de mésanges bleues se produit souvent en même temps que celle des larves.

    Une couvée de 6 à 12 œufs par an (avril-mai), parfois deux. Les œufs sont blancs tachés de roux. Le nid est construit dans une cavité à orifice étroit : trou d'arbre ou dans un mur, nichoir ou boîte à lettres. Les œufs sont couvés par la femelle de 12 à 14 jours. Les oisillons séjournent 18 jours au nid et s'émancipent environ 4 semaines après.

    La mésange bleue fréquente volontiers les nichoirs artificiels ainsi que les mangeoires. Elle peut donc être observée sans difficulté toute l'année, même à proximité des habitations ou des boîtes aux lettres.

    Dans les vergers soucieux de limiter l'usage de pesticide, on place parfois des nichoirs à mésange afin que celles-ci mangent les vers de la pomme et les pucerons.

    Copie : Wikipédia

    Smaller than the Great Tit (11.5 cm for a weight of 9 to 12 g), it is characterized by its crown, back, wings and tail above his blue cheeks and forehead white headband black eyes, his chest and abdomen yellow, the latter being sometimes marked by a very thin black line.
    The sexes are almost indistinguishable in nature, the female being only a little duller than the male.
    Its wingspan is between 12 and 14 cm.
    This species is found throughout Europe except northern Scandinavia. It is sedentary or migratory and occupy almost every habitat: hardwood, hedgerows, parks and gardens ... She lives up to 1200 meters in the mountains.
    Common, still very active and familiar, this is a usual visitor feeders in winter. This chickadee is very acrobatic and hangs happy to balls of tallow. She also likes to splash in the shallow pools to refresh its plumage. It remains throughout the year in its environment, it does not change place as would a swallow, for example.
    They intertwine moss and twigs from their homes with lavender mint, immortal, and half a dozen other fragrant herbs, plants known to contain phenolic compounds such as camphor or eucalyptol, and have antiseptic qualities, insecticides or fungicides. To identify these very special herbs, chickadees are able to use their sense of smell, they doubted that for such small birds.
    To understand their behavior, an ornithologist, Marcel Lambrechts and his crew Centre Functional and Evolutionary Ecology in Montpellier settled in Corsica, near Calvi forest that houses a group of Parus caeruleus ogliastrae. In the journal Ecology Letters in July 2002, he describes how, with his colleagues, he built nesting boxes for the birds appreciated by specialists because they are tame. Once the eggs hatch, the experimenters collected herbs. In half of the nests, these plants were simply deleted. In this case, the mother immediately went in search of the missing these grasses back in the nest their young. But not just that: a total of 200 plants surrounding the shelter, they do sélectionnaient a dozen. Even if one were to find them, fly 200 meters away. In the other half of the nests, herbs were buried in small bags open and hidden beneath the nests. Chickadees were satisfied then renew herbs, invisible and odorless, when they were too dry to vent smell. This experiment showed that chickadees know identify odors. Until now it was thought that only large birds, such as petrels, pigeons or carrion birds, the olfactory bulbs had developed enough to use their sense of smell, in addition to sight or hearing. A skill that would prove that the capacity of tits, and probably other small birds, are much more extensive than previously thought. The experience also highlighted the behavior of the great tit nests to protect against parasites, with plants used by humans for the same purpose.
    It is said that tit zinzinule or zinzibule his shrill cry becomes the approach of danger, and she warns her family or trying to intimidate his opponents, as the great tit.
    Miss feeds mainly on insects and larvae in summer, seeds, berries or buds the rest of the year. Since the parents need to feed daily broods of several chicks, hatching eggs of blue tits often occurs at the same time as the larvae.
    A brood of 6 to 12 eggs per year (April-May), sometimes two. The eggs are white stained red. The nest is built in a cavity narrow hole: hole in a tree or wall, or birdhouse mailbox. The eggs are incubated by the female for 12-14 days. The chicks stay in the nest 18 days and free themselves after about 4 weeks.
    The blue tit nest boxes frequently willingly and feeders. It can be easily observed throughout the year, even near houses or mailboxes.
    In orchards anxious to limit the use of pesticides, are sometimes placed in tit nests so that they eat worms and potato aphids.

     

    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique